Catégories

Information

La fabrication des bols chantants tibétains

Publié le : 2018-05-28 06:59:16
Catégories : Bols chantants tibétains

La fabrication des bols chantants tibétains

Ce bol chantant que vous allez tenir dans votre main a une histoire incroyable de sueur,  d'efforts,  de chaleur,  mais surtout de talent.

Dans la vidéo que je vous propose  vous pouvez comprendre l'énergie et la quantité de travail que chaque bol chantant nécessite.  A Patan, petite ville qui jouxte Katmandou, la petite fabrique avec laquelle je travaille fait "monter" des artisans,  pardon,  je devrais dire des artistes, de Calcutta ou du golfe du Bengale.

En effet, c'est là-bas que l'on trouve les meilleurs marteleurs de bol de la région himalayenne. Au risque de détruire un autre fantasme, ce n'est absolument pas dans des monastères de moines tibétains que les bols sont fabriqués!

Les véritables artisans de ces petites œuvres d'art sont très souvent hindouistes et parfois musulmans…

Mais il se transmettent le savoir de génération en génération qui s'améliore d'année en année pour arriver à la qualité exceptionnelle que nous avons aujourd'hui.

On part tout d'abord d'une galette d'alliage qui reste toujours un secret pour moi. C'est la seule partie du processus à laquelle je n'ai pas le droit d'assister.

Cette galette est d'abord rougie au feu,  puis martelée par 3 hommes qui coordonnent leur frappe dans une parfaite synchronisation. L'artiste, le chef, tourne cette galette avec une paire de pinces et la remet fréquemment au feu pour qu'elle redevienne malléable.

On me pose souvent la question par rapport au salaire que peuvent toucher les marteleur de bol tibétain. Au risque de vous surprendre comme je l'ai été moi-même en mars 2018 quand j'ai posé la question, ils sont très bien payé pour la région!

En effet, le chef des marteleurs touche environ 1500 € pour 1 mois de travail. Ses acolytes touchent un petit peu moins mais de bons salaires. A titre de comparaison, un instituteur gagne environ 80 euros, un serveur multilingue dans un restaurant touristique environ 60/70 euros.

Ce qui explique cet écart énorme de revenus est dû au fait que le savoir des marteleurs est extrêmement peu partagé. J'en veux pour preuve que les patrons népalais de Katmandou embauchent des marteleurs qui viennent de Calcutta ou du golfe du Bengale. En effet c'est de là que vient le Savoir, et pour achever de détruire les mythes, ces marteleurs ne sont absolument pas bouddhistes tibétains, mais soit hindouistes, voire musulmans. Par ailleurs, Les marteleurs de bol chantant tibétain travaillent en tant que saisonnier. Il y a une saison d'hiver et une saison d'été, ce qui fait qu'ils ne sont pas payés tous les mois de l'année. En intersaison, ils rentrent dans leur famille en Inde pour les fêtes religieuses.

Une fois que le bol a commencé à prendre forme, il a déjà une sonorité caractéristique. Le chef marteleur fini donc seul avec la pince et le marteau sur un billot.  Après avoir trempé le bol chantant incandescent dans l'eau froide, il est ébarbé, puis poli, par la suite, il subira un trempage dans l'acide afin de lui donner une patine.

Pour d'autres, un artiste peintre recouvrira le bol de motifs religieux du bouddhisme tibétain, avec une cire de couleur noire qui va durcir sur le bol.

Par la suite, on trempera ce même bol chantant tibétain dans l'acide qui mangera le métal à l'endroit vierge de cire. Ce procédé permettra de désépaissir une fois de plus le bol chantant, et donnera, outre un aspect décoratif, du grain dans les aigus du bol chantant.

Partager ce contenu

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire