Information

Le royaume du Mustang

Publié le : 2018-05-07 10:58:50
Catégories : Le Népal

Le royaume du Mustang

Le royaume autrefois interdit de Mustang au Népal, avec certains des derniers vestiges de la culture bouddhiste tibétaine traditionnelle sur Terre, révèle lentement sa beauté dramatique aux explorateurs intrépides.carte -du-mustang

Au-delà des sommets de 8000 mètres de l'Annapurna et du Dhaulagiri dans l'Himalaya, juste à l'intérieur de la frontière du Népal avec le Tibet, la région s'étend loin dans le vaste plateau tibétain et sa nature sauvage mystique, offrant un paradis sans limites pour les voyageurs à la recherche de ce dernier grand insaisissable.

Le Mustang est composé du Mustang supérieur et du Mustang inférieur, qui occupe les franges les plus méridionales du plateau tibétain et est plus attaché aux tribus népalaises.

Le Haut Mustang est peuplé par la tribu Loba, les Tibétains ethniques qui croient encore que le monde est plat.

Les Loba sont considérés comme hautement religieux et les prières et les fêtes font partie intégrante de leur vie quotidienne.

Histoire

royaume-du-mustangLes premiers groupes de touristes officiels n'ont pas eu accès au haut Mustang jusqu'en 1992, et les restrictions sont toujours présentes aujourd'hui: le gouvernement népalais à Katmandou offre un permis spécial de 15 jours et il est obligatoire pour les explorateurs de voyager en groupe (deux personnes ou plus) ) avec un guide.

Cela permet un aperçu alléchant du paysage lunaire stérile du Haut Mustang, de piliers de grès érodés et de terrasses de moraine discontinues, qui, ensemble, présentent une mosaïque vibrante de rouges, jaunes et bruns de terre, ainsi que de son peuple fascinant. 

La richesse du royaume remonte au XVe siècle lorsque la région était un important point de transit sur la route du commerce du sel, entre les lacs salés secs du Tibet et les grands marchés du sous-continent indien.royaume-du-mustang

Le Royaume du Mustang était autrefois un royaume indépendant à part entière, sous la domination d'Ame Pal, qui a fondé le royaume de Lo en 1380.

Son statut de royaume a cependant pris fin en 2008 après la fin de son suzerain avec le Royaume du Népal.

(Le Royaume de Lo est devenu une dépendance du Népal au 18e siècle, mais a été autorisé à conserver ses dirigeants héréditaires tant que le Népal est également resté un royaume; le Népal est passé d'un royaume à une république en 2008.)

C'est à partir de la ville fortifiée de Lo Manthang que la famille royale, qui a pu retracer son histoire depuis 25 générations directement à Ame Pal, a sondé un monde qui - encore à ce jour - a une proximité ethnique beaucoup plus proche de la capitale du Tibet, Lhassa, que de la bazars et sanctuaires de Katmandou au Népal.En fait, Mustang fait peu de concessions à la civilisation moderne, la vie se déroulant au même rythme sans hâte que pendant des siècles.royaume-du-mustang

Ici, le quotidien tourne autour du commerce local, du tourisme contrôlé et de l'élevage. Une route partielle reliant Lo Manthang au Tibet a été construite, mais les yacks ou les poneys sont toujours le seul moyen de transporter des marchandises entre les villages. 

Les anciennes traditions et pratiques du bouddhisme tibétain jouent également un rôle essentiel dans l'existence quotidienne du peuple.

Certains des sites les plus fascinants de la région sont les centaines de falaises isolées qui remonteraient entre 8 et 10 000 avant JC.

Récemment, une équipe d'alpinistes et d'archéologues a découvert plus de ces grottes à flanc de falaise, dont beaucoup étaient utilisées par les bouddhistes comme chambres de méditation (d'autres semblent avoir été utilisées comme unités de stockage).Certains d'entre eux sont encore en usage à ce jour; il y a même quelques familles qui y vivent en permanence.royaume-du-mustang

 

 

 

Lo Manthang

lo-manthang

À l'intérieur de la citadelle, une colonie de 200 ménages au maximum constitue la population de Lo Manthang.La ville compacte offre une expérience de marche unique, au cours de laquelle nous explorons des murs de mani, des chortens et des monastères qui abritent des textes et des illustrations bouddhistes voilés depuis des siècles.

Dans des ruelles étroites, je vois des femmes locales assises à l'extérieur de leurs maisons qui filent de la laine de yack en prévision de l'hiver prochain.

Le mélange convaincant de nature et de culture qui fait de Lo Manthang une expérience tout à fait unique pour les étrangers est ce qui a empêché la transformation moderne de toucher la vie de ses habitants: il n'y a pas d'alimentation secteur ou d'utilisation de toute technologie, et les seuls embouteillages se produisent lorsque bergers locaux troupeau de moutons dans les rues.

Pour un étranger, cette terre impitoyable est une mer de mythes et de montagnes qui mettent en lumière une civilisation autrefois grande.tibétaine-du-mustang

Alors que l'avant-poste himalayen caché ressent lentement l'influence du monde extérieur, de la Chine au nord au Népal au sud, le peuple Loba reste méfiant de tout changement qui pourrait faire disparaître sa culture séculaire.

En 1993, lors de mon tour des Annapurna, j'avais frôlé le Royaume du Mustang alors que je descendais le col du Thorung que je venais de franchir. Durant une journée de descente, mon regard pouvait parcourir les premières collines désolées du Royaume.royaume-du-mustang

Bien que plus proche du Tibet, et de culture totalement identique, le royaume du Mustang a été intégré dans les frontières du Népal en 1991. Le Mustang était autrefois un royaume indépendant, bien qu’étroitement lié par la langue et la culture au Tibet. Du 15ème siècle au 17ème siècle, son emplacement stratégique a permis au Mustang de contrôler le commerce entre l' Himalaya et l' Inde .

Avec le royaume du Zanskar, le Mustang reste pour moi l'une des expériences les plus fortes passées en Himalaya.

En 2004, je retournai seul au Mustang, avec le cheval Nambo et son maître. Teej, un jeune Gurung que j’avais déjà connu à Kathmandu portait le matériel et la nourriture.cheval-du-mustang-au-nepal

Lors de cette traversée du petit royaume en solitaire, le nombre de touristes était encore limité à 700 personnes par an tout au plus. Le fait de traverser le Mustang en solitaire était aussi un privilège car la loi interdisait aux touristes cette façon de voyager. Il fallait obligatoirement être accompagné. Je m'étais donc greffé sur un groupe que j'avais quitté au check-point de Kagbeni en leur donnant rendez-vous pour la sortie trois semaines plus tard au même endroit. Comme je parlais déjà le népalais, en louant un cheval et son palefrenier, je devenais totalement autonome et ouvert au voyage. gamins-du-mustang

kagbeni

Kagbeni ferme l’entrée du Mustang Le village est sans cesse traversé par les caravanes qui descendent le sel du Tibet, ou qui remontent avec le riz.

Je passais devant les grottes troglodytes où les habitants, il y a encore peu de temps, se protégeaient des invasions mongoles venues du Nord.

Le paysage est désertique, aride, ici et là quelques villages perdus au bout du monde vivent à l’écart d’une planète agitée, créant des oasis de verdure ombragées par quelques peupliers.La vie de la population est très simple, rythmée par la saison d'hiver qui pousse certains d'entre à redescendre vers Pokhara qui bénéficie d'un climat beaucoup plus Clément, et par la belle saison durant laquelle chacun s’emploie aux travaux des champs.

Le trajet vers le nord, durera 8 jours, parfois dans des gorges très profondes, parfois en passant des cols d’altitude. durant tout mon périple, je dormais chez l'habitant.tibetaine-au-mustang Les maisons des Mustanguis y sont relativement confortables et parfois bénéficient de beaucoup d'ingéniosité.

J'en veux pour preuve ces sortes de cumulus à eau chaude constitués d’un bidon de 200 L traversé par le tuyau de poêle où le feu permanent réchauffait l'eau. 

Les habitants de la maison avaient même installé un petit robinet au bas de ce bidon afin de se servir en eau bouillante à n'importe quel moment de la journée.maison-du-mustang-au-nepal

Après huit jours de marche, j'entrais dans Lo manthang, capitale du Mustang. 

Par le plus grand des hasards, un moine que je connaissais déjà à Katmandou et qui était originaire de lo mantang célébrait l'anniversaire, et donc la fin de deuil de son père qui était décédé un an auparavant. Lors de cette cérémonie, on ouvrait le chorten préparé pour les cendres du père de mon hôte pour les y placer et les sceller définitivement.ceremonie-bouddhiste-au-mustang

Cet événement m'avait donné l'occasion de participer activement à une cérémonie locale forte en émotion. Dans deux pièces distinctes, les moines tibétains psalmodier les mantras en jouant du tambour et de la trompette.  Le thé au beurre, salé, coulait à flot.

Une fois par semaine, c'est jour de marché. marché-au-mustang     marché-du-mustang Paradoxalement, alors que le Mustang fait partie du Népal, aucune route ne le relie à son propre pays. Ce sont les tibétains de Chine qui fournissent le marché en vivres, après trois jours de camion en provenance de Lhassa Le bois qu’utilisent les mustangis pour la construction vient bien du Népal, mais en transitant par le Tibet, donc par la Chine. Le Mustang reste pour moi l'une des dernières régions préservées de la planète. Les habitants ont de l'eau, un peu de terre pour cultiver des céréales, un peu de bétail, un peu de bois, ils vivent ainsi hors du temps en PAIX. Certes les conditions climatiques sont très difficiles, l'hiver est rude. Mais les Mustangis on appris à gérer les saisons en descendant à Pokhara pour la saison d'hiver. Ils y possèdent souvent une maison qui leur permet d'attendre l'été pour retourner dans leur village d'origine.

Partager ce contenu

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire